La Cloche de détresse

[Livre]

Plath, Sylvia (1932-1963). Auteur

Edité par Gallimard. Paris ; 1987

Autres documents de la même série

⚠ Il nous est temporairement impossible d'afficher les informations précises d'exemplaire, et notamment la disponibilité.

Localisation(s) : Réserve Centrale (Jean Lévy) ; Médiathèque Jean-Lévy

Sous-localisation(s) : Salle M01 ; Espace Fiction & loisirs

Catégorie(s) documentaire(s) : Romans Adultes

Cote(s) : R PLA

Pour connaître la disponibilité de ce document ou pour le réserver, merci de vous adresser directement à la bibliothèque dans laquelle vous souhaitez retirer le document.

Suggestions

Du même auteur

Mary Ventura & le neuvième royaume | Plath, Sylvia (1932-1963,). Auteur

Mary Ventura & le neuvième royaume

[Livre]


Série : La nonpareille
Plath, Sylvia (1932-1963,). Auteur
2019

Les parents de la jeune Mary Ventura l'emmènent à la gare pour qu'elle prenne le train. Son billet indique comme destination le neuvième royaume, lequel symbolise l'indépendance. ©Electre 2019

Olivia |

Olivia

[Vidéo > DVD]


Série : Collection Cinéma Classique
2019

Fin du XIXe siècle, dans une pension de jeunes filles près de Fontainebleau. Mesdemoiselles Julie et Cara sont les directrices de l'établissement. Depuis quelque temps, l'harmonie ne règne plus et la pension est divisée entre deux clans. Une nouvelle venue, Olivia, se rallie à Mademoiselle Julie, objet de tous les désirs, et lui voue amour et admiration.

Women : une anthologie de la poésie féminine américaine du XXe siècle |

Women : une anthologie de la poésie féminine américaine du XXe siècle

[Livre]


Série : Vivre en poésie
2014

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des professionnels

  • L'unique roman de la plus grande poétesse américaine du 20eme siècle est une œuvre prodigieuse ! 5/5

    D'inspiration autobiographique, Sylvia Plath narre l'histoire Esther lauréate d'un concours de poésie qui l'a conduit à New-York pour un stage dans un magazine de mode. Une sensation de vide s'installe lorsqu'elle se rend compte que ses aspérités se heurtent aux injonctions sociales de son époque. À son retour dans sa ville natale, elle apprend sa non admission au cours de littérature qu'elle espérait plus que tout. Agression, maladie et tentative de suicide aboutiront à son internement. Un sujet qui peut paraître pesant mais qui est allégé par une construction magistrale. Esther, certes, cache un mal-être latent par un humour noir et mordant mais ses remarques font mouche, elles nous font sourire même rire parfois. De plus, dès les premières pages, on est saisi par le sens des métaphores, des images décrites par Esther, l'incipit par exemple retrouvera sa puissance évocatrice plus tard dans le roman. Sylvia Plath marque ce roman de sa singularité créative et touche à une multitude de sujets. Surtout ce qui semblait être à priori une histoire sombre et déprimante se révèle totalement cathartique. Car la révolte brûlante, étouffée mélangeait à la lucidité implacable et froide comme l'acier que Sylvia Plath déverse en nous à travers l'avatar d'Esther, au final, cautérisent les plaies de l'âme. Un chef d'œuvre !

    Reynald A. (vacataire BM de Lille) - Le 20 février 2024 à 09:43